Petits secrets et grands mensonges avec « Big Little Lies »

« Big Little Lies » fait partie de ces séries du moment qui font beaucoup parler d’elles. Essentiellement en bien. On me l’avait chaudement recommandée, j’avais également lu plusieurs chroniques très élogieuses. Piquée par la curiosité devant autant de compliments, je me suis à mon tour lancée. Une fois le premier épisode visionné, je n’avais qu’une envie : poursuivre cette découverte et savoir quel personnage avait été assassiné. Ma curiosité avait redoublé en intensité. Maintenant que j’ai regardé tous les épisodes de cette première saison, il est temps de faire une petite chronique !

Résultat de recherche d'images pour "big little lies"

Lire la suite

Tag : quand j’étais ado

Cela faisait longtemps que je n’avais pas posté un tag sur le blog ! Alors je remercie chaleureusement Le Petit Pingouin Vert de m’avoir nominée pour le tag « Quand j’étais ado ». C’est avec plaisir que je vais répondre aux questions afin de vous dévoiler quelques informations personnelles en lien avec l’adolescence. Vous pouvez d’ailleurs retrouver mes réponses au tag « Retour dans les années 90 » en cliquant ici. Allez, c’est parti pour un petit voyage dans le temps !

Lire la suite

Mes cinq moments favoris dans « Tous en scène »

Dans ma chronique sur le film événement « La Belle et la Bête », je vous expliquais que j’avais beaucoup de mal avec les œuvres cinématographiques qui donnent une très grande place à la chanson. Impression de surenchère, incohérences narratives, overdose musicale, les ressentis ne manquent pas, surtout quand ces musiques sont interprétées sur l’écran par des acteurs de notre monde bien réel. J’ai souvent plus de facilité à avaler toutes ces paroles quand elles sont incarnées par des personnages de dessin animé. Et quand c’est bien dosé, ou que cela a un sens, je peux même adorer. Ce qui fut le cas avec « Tous en scène » ! Dans cette chronique, je vous fais donc un petit retour sur les passages que j’ai le plus aimés dans ce film d’animation.

Lire la suite

Se plonger avec légèreté dans « Ça peut pas rater ! »

Besoin d’une lecture légère et sans prise de tête ? Ne cherchez pas bien loin, Gilles Legardinier a écrit ce qu’il vous fallait pour que vous puissiez prendre un bon bol d’air frais. Je le reconnais, ses romans dits humoristiques sont parfois un peu convenus. La trame de l’histoire peut se deviner assez facilement. Mais au fond, c’est ce que l’on peut attendre d’une lecture « cocooning » ! On s’installe et se plonge dans la narration sans trop se poser de questions. Cette tranquillité ne nous met cependant pas à l’abri des surprises. Et heureusement ! Qui dit absence d’interrogation ne dit pas forcément encéphalogramme plat. Il y a toujours un petit quelque chose que l’on n’attendait pas et qui nous fait sourire. Et avec « Ça peut pas rater ! », une fois de plus, ça n’a pas loupé !

J’aime les romans de Gilles Legardinier. Ceux qui à chaque fois dévoilent un petit matou sur la première de couverture. Cet animal crée un rendez-vous. Je sais que je le retrouverai dans les pages, qu’il cachera peut-être un secret, qu’il sera sans doute le trait d’union entre deux personnages. Petit plaisir simple. Mais petit plaisir qui fait du bien quand même. J’aime les romans de Gilles Legardinier parce que cet auteur parvient à me faire sourire, à me faire tourner les pages à une vitesse folle. Ce n’est pas de la grande littérature comme diraient certains, mais cela reste de la littérature. Les mots me font vivre une histoire. Et c’est le principal. Vivre, se mettre à la place des personnages, se reconnaître dans certains gestes ou choix, croiser les doigts pour les protagonistes, voir les héros dans sa tête. Les imaginer, vraiment.

Lire la suite

La Belle, la Bête et ma frustration

Ma princesse Disney favorite incarnée par mon actrice préférée, je ne pouvais pas rêver mieux. J’ai donc attendu la sortie de « La Belle et la Bête » avec beaucoup d’impatience. Mais au lieu d’avoir les yeux qui brillent de joie et d’émerveillement, j’ai quitté la salle de cinéma quelque peu frustrée par cette adaptation. Explications. 

Lire la suite

Oxana Aviktorova, ma jolie découverte Instagram

Instagram est une véritable caverne d’Ali Baba. Il y a toujours un artiste talentueux à découvrir. Cette fois, mes yeux se sont arrêtés sur le travail réalisé par Oxana Aviktorova. Si vous ne la connaissez pas, cela tombe bien car cet article lui est exclusivement réservé. Et j’espère que vous apprécierez autant que moi ses dessins et la poésie qui s’en dégage. 

Lire la suite

Amitié prodigieuse, amitié insidieuse

Comme beaucoup de personnes, je n’ai pas pu résister. A force de voir cet ouvrage dans les rayons et d’en entendre que du bien, je me suis dit qu’une lecture contemporaine prenant racine en Italie ne pouvait qu’être intéressante. Une fois dans ma pile à lire, « L’amie prodigieuse » d’Elena Ferrante n’a pas fait long feu. Ce roman d’apprentissage a su me rendre curieuse : l’amitié entre Elena et Lila est-elle faite pour durer ? Que vont-elles devenir au fil des années ? 

Dans ce premier tome, l’auteure se consacre uniquement à la jeunesse de ses deux héroïnes. Un pan de leur vie qui sera en partie déterminant pour la suite. C’est durant cette période que tout se joue pour Elena et Lila. Leurs choix, ou celui de leur entourage, auront des répercussions sur leur vie de femmes adultes. C’est une phase cruciale, et on comprend tout à fait pourquoi Elena Ferrante a choisi d’ouvrir son histoire avec un tome entier sur ces débuts. Si je m’attendais à trouver un récit à double voix, l’écrivain a pourtant décidé de ne laisser qu’Elena s’exprimer. Fascinée par son amie, cette jeune Italienne grandissant dans un quartier difficile à la fin des années 50 se présente comme la « suiveuse ». Enigmatique, impulsive, déterminée, Lila prend le dessus facilement. Elle domine d’autant plus que ses pensées ne sont jamais dévoilées, à aucun moment elle ne s’empare de la narration. Et pourtant. Elle est partout et influence le comportement d’Elena.

Lire la suite