Au fait, c’est où le nord ?

Beaucoup de travail, pas énormément de temps pour le blog. Mais ça y est, je reviens enfin vous proposer une chronique. J’espère être plus rigoureuse dans mes publications même si mon boulot m’accapare pas mal. D’ailleurs, en parlant de job, je me suis dit que cela pouvait être intéressant de vous parler un jour de mon métier au sein d’un quotidien régional. Avec les mois, j’ai constaté que les gens connaissaient mal le fonctionnement d’un journal, le rythme de travail d’un journaliste. Il y a pas mal de clichés, de fausses idées, d’interrogations. Alors si ça vous intéresse, n’hésitez pas à me le dire dans les commentaires. Bon, maintenant, revenons à la chronique, car c’est bien pour ça que j’écris à la base. Aujourd’hui, je vais tenter de trouver le nord en me penchant sur le roman initiatique de Sarah Maeght.

Voilà un roman léger, frais, qui se fait miroir de notre quotidien. La vie de tous les jours, les bons moments, les tracas, l’amour, la haine. Quelques pas sur un chemin, puis le grand doute : « Au fait, c’est où le nord ? ». « Suis-je sur le bonne voie ? », « Est-ce vraiment ce que je veux ? » A 24 ans, Ella est un personnage très contemporain. Elle nous parle si facilement. Elle pourrait être notre voisine, notre meilleure amie ou bien une collègue de travail. C’est simple, Ella se glisse à nos côtés comme si elle existait pour de vrai. Je crois que ce que j’ai le plus apprécié dans ce livre, c’est cette simplicité. Pas de charabia, pas de fioritures. Ella vit au rythme des pages. Ella vit.

Lire la suite

Publicités

Summer List #3

C’est l’heure de la Summer List ! Il y a  trois ans, je lançais la première édition de ce rendez-vous. Quelques idées de livres à découvrir, des suggestions de films à regarder, de quoi faire passer les longues journées d’été quand on est en vacances. Si j’ai oublié de le faire l’année dernière, j’ai retrouvé la mémoire cette fois-ci et je vous ai préparé une liste qui sent bon l’air iodé.

Lire la suite

Ruler of Books Tag

Hello mes pipelettes ! C’est avec un tag que je reviens aujourd’hui. Et pas avec n’importe quel tag, puisqu’avec celui-ci je deviens la reine des livres (si seulement). Je remercie Le Petit Pingouin Vert pour cette nomination. Et je vais, de ce pas, vous révéler ces règles que j’imposerais si j’étais véritablement la reine des livres !

workshop

Lire la suite

Trois idées de lecture #2

Aujourd’hui, place à la lecture et à quelques idées pour passer de bons moments à tourner les pages. Comme le titre l’indique, je vais vous proposer trois ouvrages qui m’ont plu et qui pourraient aussi vous plaire.

tumblr_lns1tz9qa41qle8i3o1_500

une journée particulière

Commençons d’abord par « Une journée particulière », le second livre-témoignage de la journaliste Anne-Dauphine Julliand sur la maladie qui a emporté sa première fille Thaïs, et qui rythme le quotidien d’Azylis, sa deuxième princesse courage.  Même si je n’ai pas autant pleuré que pour « Deux petits pas sur le sable mouillé » (vous pouvez retrouver mon avis ici), les larmes ont brouillé à plusieurs reprises ma vue et ma lecture. L’écriture de l’auteure est toujours aussi poignante. Durant tout ce 29 février, jour de l’anniversaire de Thaïs, Anne-Dauphine Julliand nous emmène à ses côtés. Elle nous décrit ses hauts, ses bas, ceux de son couple, elle nous partage ses souvenirs avec Thaïs, nous raconte son combat pour Azylis, la maturité de son fils aîné Gaspard, la créativité de son petit dernier, Arthur. A sa manière, elle souffle les bougies de Thaïs. Elle décore la gâteau de mots d’amour. Elle déballe des cadeaux emplis de joie. Car oui, malgré les obstacles que la vie a dressés, Anne-Dauphine Julliand est heureuse. A travers ce livre, elle nous délivre est une très belle leçon sur la notion de bonheur.

avant-toi-3788833-250-400Voilà un livre qui fait beaucoup parler de lui. Encore plus depuis que la bande-annonce de son adaptation cinématographique a été dévoilée aux yeux du grand public. Curieuse, je n’ai pas pu résister. Si cette lecture n’a pas été un coup de cœur, j’ai passé un très bon moment aux côtés de Lou, une jeune femme au look excentrique, et de Will, un jeune homme qui s’est retrouvé paralysé suite à un accident. Avec eux, il n’est pas question d’un coup de foudre mais d’une longue marche vers les sentiments et la reconnaissance. Ils prennent leur temps, n’ont même pas conscience au début de ce que chacun apporte à l’autre. « Avant toi », c’est une histoire d’amitié, d’amour, d’acceptation, de liberté, une histoire qui demande aux protagonistes, tout comme aux lecteurs, d’accepter son prochain comme il est. Le thème du droit à mourir est un thème qui m’a particulièrement séduite dans ce roman. Sans se faire moralisatrice, Jojo Moyes aborde un sujet qui en ferait hurler plus d’un. Et cette fin. J’aurais été déçue s’il en avait été autrement.

phobos,-tome-1---les--phemeres-640387-250-400Avec « Phobos », direction la planète Mars. Et pas de n’importe quelle manière, puisque nous voyageons dans l’espace tout en assistant à une émission de télé-réalité très spéciale. Un peu de science-fiction, beaucoup d’amour, quelques gouttes de voyeurisme, de vanité et le tour est joué : on dévore l’histoire de Léonor et des onze autre élus choisis pour coloniser la planète rouge. On la mange comme du petit pain. Et on en redemande. Notre réaction s’explique en grande partie par l’originalité du livre et l’écriture, car il faut bien le reconnaître, les personnages n’échappent pas à quelques clichés (la protagoniste se veut différente des autres, les héros sont tous canons et tombent très facilement amoureux.. Après, on peut voir cela comme du réalisme : dans les émissions de télé-réalité, les productions prennent des poupées Barbie et des Ken, et ces derniers flashent très rapidement les uns sur les autres… Les effets de la promiscuité et de l’enfermement). Victor Dixen maîtrise assez bien les retournements de situation et le suspense. On tourne et on enchaîne les pages sans s’en rendre compte !

Si vous avez des idées de lecture, n’hésitez pas à les proposer !

Book Fangirling Award

Hello la blogo ! Aujourd’hui, c’est avec plaisir que je vais répondre aux cinq questions du Petit Pingouin Vert, celles qui m’ont été posées dans le cadre du tag Book Fangirling Award. L’occasion pour vous d’en savoir un peu plus sur moi et sur ma relation avec la lecture.

books-floral-flowers-photography-pink-favim_com-138126

1) Un livre que tu n’as jamais réussi à finir ?

J’abandonne rarement une lecture. La plupart du temps, je m’oblige à la poursuivre car je me dis que le livre peut me réserver une belle surprise. Mais même si je sais faire preuve de patience, cette dernière a des limites. Il y a plusieurs années, j’avais donc commencé à lire « Les Bienveillantes » de Jonathan Littell. Après plusieurs heures de lutte avec moi-même, j’ai fini par le mettre de côté. Je ne supportais plus tous les mots laissés en allemand dans le texte. Les traductions étaient rassemblées en annexes à la fin de l’ouvrage, et je perdais énormément de temps à tourner les pages pour trouver des réponses. (Mais j’ai bien l’intention de retenter ma chance un jour !)

2) Un classique que tout le monde a lu, sauf toi ?

« Orgueil et préjugés » de Jane Austen. Oups. Pardon. Sorry. Ne m’en voulez pas ! Je vais me rattraper, promis !

3) Quelle est ta prochaine lecture ?

J’hésite encore. Peut-être le tome 7 du manga « Kids on the Slope » de Yuki Kodama. Ou bien, « Les Oubliés du dimanche » de Valérie Perrin. Mais si ça se trouve, je vais changer complètement d’idée en cours de route. Il suffit que je mette un pied dans une librairie pour que ma PAL s’agrandisse une nouvelle fois, et que mon cœur dise oui à l’un et non aux autres.

livres étagères

4) Le livre que tu adores et que tout le monde déteste ?

En ce moment, ça fait plusieurs fois que je lis des avis mitigés concernant « La Nuit des temps » de Barjavel alors que de mon côté, j’ai été totalement transportée par cette histoire. J’aime beaucoup également le travail de Florian Zeller, mais je sais qu’il est loin de faire l’unanimité.

5) Si tu devais me conseiller un seul livre, ce serait lequel ?

Cruel dilemme. Un seul ? Dur, dur… Je dirais « Les Débutantes » de J. Courtney Sullivan ! Une histoire d’amitié, d’amour et de féminisme qui se lit à vitesse grand V.

Mes cinq nominés et mes cinq questions :

Beyond the Lines, Ibidouu, Share some words, Claire Belgato et Petite Plume !

1) Quel est ton auteur favori ?

2) As-tu déjà écrit une fan fiction ?

3) Quel(s) ouvrage(s) te fai(on)t très envie actuellement ?

4) Combien de marque-pages as-tu en ta possession ?

5) Plutôt livres en VF ou en VO ?

La petite voleuse, les livres et la Mort

Markus-ZUSAK--La-Voleuse-de-livres2L’ouvrage « La Voleuse de livres » s’est installé sur de nombreuses tables de chevet depuis sa publication. Difficile en effet de résister à l’originalité de son histoire : la Mort qui conte sa rencontre avec Liesel, une jeune Allemande qui grandit pendant la Seconde Guerre mondiale. A travers ce récit, naît un enchevêtrement d’autres rencontres. Rudy, le meilleur ami, Hans et Rosa, les parents nourriciers, Max Vandenburg, le boxeur juif. Au fil des pages, la Mort nous captive avec son récit. Entre abattement et vent de liberté, cette histoire nous rappelle que l’humanité est capable des pires horreurs comme des plus beaux gestes.

J’ai lu ce livre après avoir vu l’adaptation cinématographique. Même si je me rappelle avoir apprécié le film, j’en garde un souvenir assez flou, le visionnage remontant à bientôt deux ans. Je n’ai donc pas été gênée pendant ma lecture. Les personnages ont certes emprunté le visage des acteurs, mais le reste s’est laissé emporter par le fruit de mon imagination et par l’histoire racontée par la Mort en personne. Tiens, en parlant de la Mort, c’est d’ailleurs elle qui m’a le plus plu dans cet ouvrage. Son rôle de narratrice, son regard sur les hommes, son intérêt pour Liesel la petite voleuse de livres donnent une autre vision de l’Histoire. Ce récit n’aurait pas eu la même résonance en moi sans l’intervention de la dame en noir. J’aime lire des ouvrages, regarder des films et des documentaires traitant de la Seconde Guerre mondiale. C’est une période qui me fait froid dans le dos et dont j’ai envie de tirer des leçons. Mais parmi toutes les œuvres qui évoquent cette époque, il est assez difficile de trouver une perle rare. « La Voleuse de livres » en est une. Et ce grâce à son originalité narrative.

Le style d’écriture a également été très bien travaillé. Markus Zusak met en place l’histoire à travers des images simples mais pertinentes. Je ne savais pas du tout que ce roman était au départ destiné aux jeunes adultes, mais quand j’ai réalisé ce fait et entrepris ma lecture, j’ai trouvé que langage et le ton utilisés étaient juste ce qu’il fallait. Élaborés sans être pour autant trop sophistiqués. Les pages se lisent à vive allure. Les descriptions et les dialogues sont loin d’être pompeux. L’auteur a parfaitement dosé ses écrits pour permettre aux adolescents de se projeter dans son récit. Et bien évidemment, son style peut tout à fait convenir aux adultes. Pour ma part, j’ai été conquise ! J’ai particulièrement apprécié les petits paragraphes ajoutés en gras au fil du texte, sortes de petits post-it, annotations apportées par la Mort. Cela cassait le rythme et permettait d’aller droit au but. A côté de la narration et du style, il y a bien sûr les personnages. Et autant vous dire qu’ils sont très attachants. Tout du moins, les principaux. D’autres personnages sont aussi horriblement détestables. Markus Zusak parvient à faire naître en nous toute sorte de sentiments. Et ça, c’est encore plus agréable.

« La Voleuse de livres » fait maintenant partie des ouvrages que je prendrai plaisir à offrir à des amis et à des membres de ma famille ! Et si vous cherchez un roman historique et original, je ne peux que vous recommander celui-ci.

 

Qui a peur du grand méchant livre ?

Après plusieurs jours d’absence, c’est avec un tag que je refais mon apparition. Il s’agit du Big Book Phobia, et je remercie Beyond the lines de m’avoir nominée !

books

Alors, alors, suis-je généralement effrayée par les gros pavés ? Le nombre de pages a-t-il des répercussions sur mes achats, mes emprunts et mes lectures ? En toute sincérité, je dirais que non. La taille d’un ouvrage n’a jamais été un problème pour moi. J’ai même tendance à me dire que, si le l’histoire est intéressante et bien élaborée, cela vaut encore plus le coup : le plaisir durera plus longtemps. Mais cela ne m’empêche pas d’avoir quelques appréhensions face à certains livres… La peur d’être déçue, la crainte de perdre mon temps pour un bouquin qui n’en vaut finalement pas la peine (mais cela marche aussi pour les petits et moyens ouvrages). Par conséquent, oui, il y a des gros pavés qui m’effraient. Beaucoup d’espoir repose sur leur première de couverture, et tourner cette dernière pour entamer les premières pages me fait un peu angoisser.

Je rappelle le principe de ce tag : citer cinq gros livres que me font peur et cinq petits livres que j’ai beaucoup aimés.

Les cinq grands méchants loups :

Les cinq gentilles brebis :

Les nominées :

Laura-passage, Sireadbooks et Bykimysmile 🙂

Et vous, quels sont les gros pavés qui vous font peur ?