Pour que la lune éclaire leurs pas et nos regards

Le sujet est récurrent. Il revient à chaque fois sur le tapis, qu’on le veuille ou non. Chacun à son avis, chacun à son discours face à l’arrivée massive de migrants dans les pays européens. C’est un sujet très polémique qui, au lieu d’attirer la bienveillance, attise souvent la haine et la colère. Certains jugent sans connaître, sans savoir ce que toutes ces personnes qui fuient ont enduré. Certains sont prêts à tout pour les aider. D’autres créent des récits pour pousser les citoyens à ouvrir les yeux. Le temps d’une lecture, le parcours du combattant de ces migrants devient le nôtre. On ne peut alors que remercier ces auteurs, comme Nadia Hashimi, qui prennent la plume pour mieux éclairer les pas de l’humanité.

J’en ai lus des commentaires haineux, j’en ai entendu des propos mal intentionnés dans le cadre de mon métier. Je me souviens d’ailleurs d’un message en particulier : « S’ils avaient vraiment des couilles, ils resteraient dans leur pays pour se battre. » Un concentré d’égoïsme et d’ignorance dans une seule phrase. Comment rester calme face à ces dires ? On se force à rester indulgent car on sait également que les Français souffrent, que le quotidien est loin d’être facile. Mais quand on prend le temps de se pencher sur celui de ces migrants, comment peut-on affirmer qu’ils devraient rester chez eux ? Je trouve qu’il est bien prétentieux de déclarer de telles choses quand on sait qu’on aurait été nombreux à fuir notre pays si on avait connu le même quotidien. Bien entendu, ceci n’est que mon point de vue. Une opinion qui s’appuie sur des rencontres. Car en tant que journaliste, j’ai déjà croisé à plusieurs reprises des réfugiés. Déjà imprégnée par leurs histoires, c’est donc avec beaucoup d’intérêt que je me suis intéressée au récit livré par Nadia Hashimi dans « Si la lune éclaire nos pas ».

Lire la suite

Publicités

Des carnets par milliers #2

Que toutes celles et ceux qui aiment les petits carnets lèvent le doigt ! Voici donc une sélection de petits cahiers de notes qui me font craquer et qui devraient également vous plaire. Il y a un bon bout de temps maintenant je vous proposais une première liste de carnets, et je me suis dit qu’une deuxième sélection ne serait pas de refus. Votre porte-monnaie m’en voudra peut-être, mais ce n’est pas grave. C’est toujours agréable d’avoir un joli carnet dans lequel on peut coucher ses idées.

© Anna Hardy

Lire la suite

Au fait, c’est où le nord ?

Beaucoup de travail, pas énormément de temps pour le blog. Mais ça y est, je reviens enfin vous proposer une chronique. J’espère être plus rigoureuse dans mes publications même si mon boulot m’accapare pas mal. D’ailleurs, en parlant de job, je me suis dit que cela pouvait être intéressant de vous parler un jour de mon métier au sein d’un quotidien régional. Avec les mois, j’ai constaté que les gens connaissaient mal le fonctionnement d’un journal, le rythme de travail d’un journaliste. Il y a pas mal de clichés, de fausses idées, d’interrogations. Alors si ça vous intéresse, n’hésitez pas à me le dire dans les commentaires. Bon, maintenant, revenons à la chronique, car c’est bien pour ça que j’écris à la base. Aujourd’hui, je vais tenter de trouver le nord en me penchant sur le roman initiatique de Sarah Maeght.

Voilà un roman léger, frais, qui se fait miroir de notre quotidien. La vie de tous les jours, les bons moments, les tracas, l’amour, la haine. Quelques pas sur un chemin, puis le grand doute : « Au fait, c’est où le nord ? ». « Suis-je sur le bonne voie ? », « Est-ce vraiment ce que je veux ? » A 24 ans, Ella est un personnage très contemporain. Elle nous parle si facilement. Elle pourrait être notre voisine, notre meilleure amie ou bien une collègue de travail. C’est simple, Ella se glisse à nos côtés comme si elle existait pour de vrai. Je crois que ce que j’ai le plus apprécié dans ce livre, c’est cette simplicité. Pas de charabia, pas de fioritures. Ella vit au rythme des pages. Ella vit.

Lire la suite

Summer List #3

C’est l’heure de la Summer List ! Il y a  trois ans, je lançais la première édition de ce rendez-vous. Quelques idées de livres à découvrir, des suggestions de films à regarder, de quoi faire passer les longues journées d’été quand on est en vacances. Si j’ai oublié de le faire l’année dernière, j’ai retrouvé la mémoire cette fois-ci et je vous ai préparé une liste qui sent bon l’air iodé.

Lire la suite

Mes déceptions littéraires #1

Il y a des livres que l’on attend au tournant, pour une ou plusieurs raisons, et qui ne répondent finalement pas à nos attentes. D’autres qu’on n’attendait pas vraiment et qui, loin de nous surprendre et de nous offrir un coup de cœur, nous plombent le moral, nous indiffèrent ou nous déçoivent terriblement. Aujourd’hui, j’ai donc décidé de rassembler dans un article quelques ouvrages qui m’ont déçue mais pour lesquels je n’ai jamais fait de chronique entière par manque de volonté ou de grosse déception. Je suis comme ça, si je n’ai pas envie de chroniquer un livre, si je n’en ressens pas le besoin sur le moment, je ne le fais pas. Mais je me suis dit, malgré tout, que cela pouvait être intéressant de regrouper mes déceptions et de vous en parler de temps en temps. Alors, c’est parti pour une première vague d’ouvrages décevants.

Lire la suite

L’effet « Passe-Miroir » continue !

J’avais quitté le premier tome de cette série littéraire exaltée, avec l’envie cruelle de lire la suite immédiatement. Emportée par l’effet « Passe-Miroir ». l’idée d’attendre la sortie de ce deuxième tome m’était franchement douloureuse. Mais malgré tout, je suis parvenue à être patiente, et lorsque cette fameuse suite a pointé le bout de ses pages, j’ai même réussi à attendre, encore et encore, jusqu’à l’approche du troisième livre. Pour savourer les retrouvailles avec Ophélie et Thorn. Pour pouvoir ensuite dévorer le tome 3, « La Mémoire de Babel ».

Résultat de recherche d'images pour "les disparus du clairdelune"Dans ma chronique sur « Les Fiancés de l’hiver », j’écrivais que, pour la première fois depuis longtemps, une série littéraire parvenait à susciter chez moi le même emballement que lorsque je me plongeais dans l’univers d’Harry Potter. Le temps a passé, « Les Disparus du Clairdelune » ont pris la place du premier tome entre mes mains, et le sentiment reste le même : je sens une connivence avec le monde créé par Christelle Dabos, le besoin d’avoir ses personnages près de moi, l’envie toujours grandissante d’en savoir plus.

Lire la suite

Polina : la bande dessinée vs le film

Lors de ma visite mensuelle à la bibliothèque municipale, la bande dessinée « Polina » trônait cette fois patiemment sur l’une des étagères. Pas besoin de la réserver. Ni une ni deux, je l’ai alors empruntée. Quelques semaines plus tôt, on m’avait parlé de son adaptation cinématographique. Parfait, j’allais pouvoir lire cette BD avant de regarder le film. Comme j’aime beaucoup la danse, cette histoire me faisait cruellement de l’œil. Pour une fois, j’allais donc pouvoir respecter cette fameuse règle qui dit : « Toujours lire l’oeuvre littéraire avant son adaptation ». Dans cette chronique, je vous dévoile ainsi ce que j’ai pensé de ces deux œuvres, et surtout laquelle j’ai préférée !

Lire la suite