The Handmaid’s Tale, une dystopie prémonitoire ?

Hello les pipelettes ! Vous ne savez pas quoi regarder en ce moment ? Pas besoin de vous triturer les méninges bien longtemps, je vais vous aider ! Il y a peu, j’ai avalé en quelques jours les dix épisodes de la série The Handmaid’s Tale. Une bombe. Une histoire prenante. Une dystopie glauque mais si révélatrice.

C’était inévitable. Une série qui se penche sur la condition des femmes dans une société où le taux de natalité est très faible, voire proche de zéro, cela ne pouvait que m’interpeller. Vous l’avez peut-être remarqué, surtout celles et ceux qui viennent régulièrement sur mon blog, mais je m’intéresse beaucoup aux ouvrage, aux films et aux autres œuvres qui mettent en avant la gent féminine, ses obstacles et ses combats. C’est un sujet qui me tient à cœur parce qu’on a beau être au XIXe siècle, la place et le rôle des femmes sont encore remis en question. La religion, le patriarcat, les stéréotypes, la fameuse « tradition » ont tendance à transmettre de fausses idées sur ce qu’est une femme et ce qu’elle doit être. Alors vous pensez bien, une telle série où les femmes sont divisées en trois catégories, les Epouses, les Marthas et les Servantes ; où les premières dirigent la maison, où les deuxièmes font la popote et le ménage, et où les troisièmes servent à la reproduction, ça ne pouvait que m’intéresser ! Et m’énerver par la même occasion.

Dès le premier épisode, dès les premières minutes, en voyant June se débattre pour sauver sa fille et sa peau, je n’avais qu’une envie : pleurer, crier, taper sur ces hommes armés et sans pitié. Au fil des scènes, je me suis imaginée à la place du personnage principal et j’ai ressenti cette peur de perdre un jour ma liberté, de me retrouver piégée à mon tour dans la folie d’une secte qui a pris le pouvoir dans mon pays. Elisabeth Moss, l’actrice qui interprète June, parvient à nous faire sentir les maux, les joies et les peines de l’héroïne. D’un simple regard, profond et intense, elle nous fait passer par toute une palette d’émotions. Tout ce jeu, tous ces sentiments la rendent belle. Peu importe la scène, du personnage émane une beauté cruelle et douce à la fois. Cette impression est accentuée par l’esthétisme de la série. Les images sont vraiment bien travaillées, et cet esthétisme rend cette histoire encore plus glaçante et impressionnante. Ça vous donne des frissons, ça vous tord l’estomac.

Je crois bien que je n’ai jamais autant frémi devant une série. Parce qu’à sa façon, cette dystopie nous pointe du doigt l’actualité. Si l’histoire se déroule plusieurs années après nous, elle reste très proche de notre quotidien. Implicitement, elle brise la barrière temporelle pour venir s’immiscer dans notre vie. Pour décortiquer et critiquer nos habitudes, nos clichés, nos traditions. Elle remet tout en question et nous fait passer un message : le combat n’est pas terminé. Faisons donc en sorte que cette dystopie ne devienne pas prémonitoire.

« N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant. » – Simone de Beauvoir

Publicités

18 réflexions sur “The Handmaid’s Tale, une dystopie prémonitoire ?

  1. Je veux absolument la regarder cette série, mais je crois que je veux lire le roman d’abord. Apparemment ils présentent plus en détails l’univers, etc ! Tu l’as lu toi ? 🙂

    • Non, je ne l’ai pas encore lu, mais j’ai bien l’intention de me fournir le livre 🙂 Il y a des chances pour que l’ouvrage apporte plus de réponses à nos questions.

  2. J’ai mangé cette série en une seule soirée, j’pensais pas aimer au départ, j’my suis lancée par hasard mais oh mon dieu !!!! J’étais soit émue comme pas possible soit mal à l’aise soit énervée comme pas possible mais chaque scène était dingue et me faisait ressentir quelque chose ! J’ai hâte de voir la suite !

  3. une série de science fiction captivante mais effrayante pour les filles, ma cousine l’a regardée aussi !! … le combat n’est pas terminé, mesdames, surtout quand il y a des misogynes comme Trump à la tête des Etats-Unis !!

    • Je suis parfaitement d’accord ! Dès les premières minutes, cette série m’a révoltée tellement on a le sentiment que cela peut bel et bien arriver dans la réalité. J’ai fini de lire la version littéraire. S’il y a moins d’action, l’histoire reste tout aussi prenante !

    • C’est une très très bonne série ! J’espère que tu aimeras autant que moi. En toute sincérité, cette série est tellement prenante que j’ai eu beaucoup de mal par la suite à me plonger dans une autre…

  4. Au risque de me faire lapider sur la place publique, je n’ai pas vraiment accroché ni à la série, ni au livre! J’ai trouvé dans les deux une certaine lourdeur … Mais bon, je n’ai vu qu’une épisode aussi, donc je vais m’y accrocher !!

    • 🙂 Nous ne sommes pas comme ça ! Oui, il faut peut-être que tu regardes d’autres épisodes pour voir si ça te fait toujours le même effet. Pour ce qui est du livre, j’ai été moins emballée que pour la série… L’histoire est moins approfondie je trouve.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s