Une surprise colossale

Inattendue. Tel est le mot qui convient le mieux pour décrire ma réaction lorsque le générique de fin du film « Colossal » a commencé à défiler sur l’écran. J’avais aimé regarder cette histoire, et cette sensation était inattendue. Oui, complètement imprévue car au tout début de l’oeuvre cinématographique, mon opinion était tout autre. Mon copain m’avait dit qu’il s’agissait d’un film de science fiction, et l’affiche me laissant dubitative, je ne pensais pas une seule seconde que cette histoire me séduirait. Je me disais qu’on allait avoir encore droit à une énième histoire de monstre qui envahit la planète et c’était loin de me vendre du rêve. Mais finalement, ce fut une surprise colossale et je vous explique de suite pourquoi.

Tout commence comme dans les films romantiques. Une Gloria pas très fraîche qui se fait larguer par son copain. Elle n’a plus de job, et maintenant plus d’amoureux ni de logement. Il serait temps de partir se ressourcer. La jeune femme retourne alors s’installer dans sa ville natale, dans la vieille maison parentale. Là-bas, elle retrouve Oscar, un ancien camarade pas très séduisant mais hyper sympa, qui fait tout pour l’aider, qui lui offre des meubles, un job, et en parallèle son amitié. On sent donc la romance pointer le bout de nez. Enfin, on croit savoir, car « Colossal » a plus d’une surprise dans son sac. Quelques gouttes de comédie, une héroïne qui essaie de repartir de zéro, et on en oublierait presque également que de la science fiction est prévue au programme. En mélangeant subtilement les genres, le réalisateur Nacho Vigalondo nous rend curieux et impatients. Quand est-ce que ce foutu monstre va arriver ?

Lire la suite

Publicités

Le Far West du XXIe siècle

Il y a quelques mois, je vous parlais de la série « Stranger Things », une série que j’avais adorée au point d’affirmer qu’elle était un coup de cœur. Aujourd’hui, je vais consacrer une chronique à une autre série qui fait beaucoup parler d’elle ces derniers temps et qui m’a captivée tout autant que « Stranger Things ». Il s’agit de « Westworld », cette science-fiction qui donne vie au « Far West du XXIe siècle »  et qui mélange avec ingéniosité l’attrait du passé, le goût de la perfection, la dérive humaine et le futurisme.

westworld

Lire la suite

Vous regarderez « Stranger Things », jurez-le !

stranger things« Stranger Things » a tout pour plaire. Je ne suis pas la seule à l’affirmer, d’autres personnes vous l’ont sans doute déjà dit. Peut-être même qu’elles vous ont fait jurer de regarder cette série à votre tour. Et dans ce cas, elles ont eu bien raison. Parce que cette série… « C’est de la bombe, bébé ».

Quand mon copain m’a proposé de découvrir « Stranger Things », j’y croyais moyennement. Quand il m’a expliqué que l’histoire tournait autour d’une disparition inquiétante et d’une jeune fille au comportement étrange, je me suis dit : « Mon dieu, maman, je vais avoir droit à une nouvelle version d’Insidious, ou alors E.T va de nouveau débouler dans un vélo volant et moi je vais flipper comme quand j’avais cinq ans » (oui, oui, j’ai été traumatisée par E.T l’extraterrestre quand j’étais petite). Mais quelle erreur n’aurais-je pas faite si j’avais refusé d’écouter les conseils de mon copain ?! Heureusement que je ne suis pas tous les jours têtue… Car je serais sinon passée à côté d’un petit bijou narratif et visuel.

Vous l’aurez compris, cette série est pour moi un coup de cœur ! Si j’avais peur au départ que les ficelles soient un peu trop grosses et que l’histoire soit tirée par les cheveux, j’ai vite été rassurée en constatant que cette science-fiction tient la route. D’un point de vue scénaristique, on nous offre une aventure a priori paranormale qui, petit à petit, se transforme en un récit d’anticipation. Les scientifiques, les gouvernements, leur quête de l’innovation et de l’émulation ne sont finalement pas bien loin.  Ce qui semble complètement irréel et fou, s’avère concret et puissant. Le danger est bel et bien là. Et le suspens qui va avec, bien évidemment. La construction des épisodes (scène accrocheuse suivi d’un gros moment de tension – générique – suite des événements avec montée en crescendo des interrogations et des frissons – scène finale qui intensifie le suspens – je veux et j’exige la suite immédiatement) vient également appuyer cette sensation d’angoisse et d’attente. Sans oublié les décors, l’obscurité, le jeu des acteurs (chapeau à Millie Brown qui, malgré ses très courtes répliques, nous captive totalement) et la musique qui nous aident à nous plonger dans cette histoire et nous rendent tout fébriles.

Je ne peux donc que vous conseiller cette série. Et même vous faire jurer que vous la regarderez ! N’est-ce pas ? 🙂