Une surprise colossale

Inattendue. Tel est le mot qui convient le mieux pour décrire ma réaction lorsque le générique de fin du film « Colossal » a commencé à défiler sur l’écran. J’avais aimé regarder cette histoire, et cette sensation était inattendue. Oui, complètement imprévue car au tout début de l’oeuvre cinématographique, mon opinion était tout autre. Mon copain m’avait dit qu’il s’agissait d’un film de science fiction, et l’affiche me laissant dubitative, je ne pensais pas une seule seconde que cette histoire me séduirait. Je me disais qu’on allait avoir encore droit à une énième histoire de monstre qui envahit la planète et c’était loin de me vendre du rêve. Mais finalement, ce fut une surprise colossale et je vous explique de suite pourquoi.

Tout commence comme dans les films romantiques. Une Gloria pas très fraîche qui se fait larguer par son copain. Elle n’a plus de job, et maintenant plus d’amoureux ni de logement. Il serait temps de partir se ressourcer. La jeune femme retourne alors s’installer dans sa ville natale, dans la vieille maison parentale. Là-bas, elle retrouve Oscar, un ancien camarade pas très séduisant mais hyper sympa, qui fait tout pour l’aider, qui lui offre des meubles, un job, et en parallèle son amitié. On sent donc la romance pointer le bout de nez. Enfin, on croit savoir, car « Colossal » a plus d’une surprise dans son sac. Quelques gouttes de comédie, une héroïne qui essaie de repartir de zéro, et on en oublierait presque également que de la science fiction est prévue au programme. En mélangeant subtilement les genres, le réalisateur Nacho Vigalondo nous rend curieux et impatients. Quand est-ce que ce foutu monstre va arriver ?

Lire la suite

Publicités