Se plonger avec légèreté dans « Ça peut pas rater ! »

Besoin d’une lecture légère et sans prise de tête ? Ne cherchez pas bien loin, Gilles Legardinier a écrit ce qu’il vous fallait pour que vous puissiez prendre un bon bol d’air frais. Je le reconnais, ses romans dits humoristiques sont parfois un peu convenus. La trame de l’histoire peut se deviner assez facilement. Mais au fond, c’est ce que l’on peut attendre d’une lecture « cocooning » ! On s’installe et se plonge dans la narration sans trop se poser de questions. Cette tranquillité ne nous met cependant pas à l’abri des surprises. Et heureusement ! Qui dit absence d’interrogation ne dit pas forcément encéphalogramme plat. Il y a toujours un petit quelque chose que l’on n’attendait pas et qui nous fait sourire. Et avec « Ça peut pas rater ! », une fois de plus, ça n’a pas loupé !

J’aime les romans de Gilles Legardinier. Ceux qui à chaque fois dévoilent un petit matou sur la première de couverture. Cet animal crée un rendez-vous. Je sais que je le retrouverai dans les pages, qu’il cachera peut-être un secret, qu’il sera sans doute le trait d’union entre deux personnages. Petit plaisir simple. Mais petit plaisir qui fait du bien quand même. J’aime les romans de Gilles Legardinier parce que cet auteur parvient à me faire sourire, à me faire tourner les pages à une vitesse folle. Ce n’est pas de la grande littérature comme diraient certains, mais cela reste de la littérature. Les mots me font vivre une histoire. Et c’est le principal. Vivre, se mettre à la place des personnages, se reconnaître dans certains gestes ou choix, croiser les doigts pour les protagonistes, voir les héros dans sa tête. Les imaginer, vraiment.

Lire la suite

Un livre qui se dévore

Et soudain tout change. La vie n’est plus un long fleuve tranquille. Il y a de petites aventures à vivre, de grands obstacles à surmonter. Camille, Axel, Léa, Manon, Louis, Léo, ne diront pas le contraire. Surtout pas Camille ! Sa dernière année au lycée a été chargée en péripétie. Les poches remplies de questions, elle a sans cesse joué au yoyo, elle est régulièrement montée dans l’ascenseur aux émotions. Elle aurait bien voulu ne pas ressentir autant, mais c’est ça être une adolescente. L’enfance prend quelques fois le large ; l’adulte qui sommeille sort de plus en plus souvent de sa coquille et s’empare du navire.

et-soudain-tout-changeAvec ce roman, Gilles Legardinier m’a embarquée dans une histoire comme je les aime. Réaliste et sincère. Mature et intelligente. Mais aussi pleine d’humour. Car oui, c’est aussi ça être une adolescente : les rires ne sont jamais bien loin des drames, les sourires succèdent aux larmes. J’ai tourné les pages rapidement, dévoré les lignes. De chapitre en chapitre, j’ai vu, écouté, senti Camille et ses amis croquer la vie malgré ses aléas. J’ai rigolé avec eux. J’ai pleuré avec eux. Je me suis reconnue dans la première, j’ai noué des liens avec les seconds.

Camille est une grande observatrice. Elle est de ce fait la narratrice idéale. Son « je » n’est pas égoïste, elle m’a facilement permis de découvrir son environnement. Alors qu’elle est la voix et la tête du livre, elle laisse sa bande de copains en être la chaire. Il n’y a pas une héroïne, mais des héros. L’amitié a le pouvoir de rassembler et Gilles Legardinier a très bien su le retranscrire en choisissant ce personnage comme porte-parole. Si l’auteur a fait ce choix, c’est également par souci de réalisme. A l’adolescence, on se pose mille et une questions, on doute, on hésite, on se fait peur avec des broutilles. Et Camille est parfaite dans ce rôle. Elle manque cruellement de confiance en elle. Réalisatrice en herbe, elle se crée de nombreux films, elle imagine des relations et des actions qui n’ont jamais eu lieu. Plus haut, j’ai écrit que je m’étais reconnue en Camille. La Terminale est loin derrière moi aujourd’hui, j’ai grandi, pris de l’assurance, mais à l’époque j’étais tout comme elle. Camille, c’est un peu le fantôme de mon passé, la spectatrice que j’étais. Son comportement me parle, ses réactions peuvent d’ailleurs parler à tous ceux qui sont passés par cette période de questionnement.

A plusieurs reprises, l’écrivain profite alors de ces moments de connivence et de remise en question pour aborder des réflexions philosophiques. La mission de chaque être humain sur Terre, l’avenir, le pouvoir relationnel de la machine à café, la mort et le deuil, le divorce… Ces passages sont parfois un peu trop longs, ils coupent le rythme de la narration mais ils ont au moins le mérite d’exister. Une histoire, c’est aussi de l’abstrait, des messages à délivrer, des idées que l’on partage. Et puis, ce n’est pas comme si Gilles Legardinier avait le don de tout alourdir. Sa plume révèle toujours une pointe d’humour, une bonne série de jeux de mots. Grâce à elle, j’ai réfléchi et ri en même temps. Ce n’est pas donné à tout le monde de rendre la philosophie tordante et légère !

Tiens, en parlant de légèreté, il fallait absolument que je mentionne quelque chose, ou plutôt quelqu’un. Il y a des personnages qui vous ressemblent et d’autres qui vous marquent par leur caractère. Dans Et soudain tout change, je me suis retrouvée en Camille et j’ai été charmée par son ami Tibor. Si on prétend que les femmes viennent de Vénus et les hommes de Mars, je ne sais pas exactement d’où vient Tibor, mais surtout pas d’une de ses deux planètes. Et encore moins de la Terre. Il a ce grain de folie qui rend capable de tout. Il a une imagination débordante et beaucoup de culot. Il sait donner au quotidien des allures plus cocasses. Il est ce vent léger qui vient chatouiller votre visage et vous redonne de l’élan. Il est ce héros qui vous donne envie de continuer à tourner les pages. Et je peux vous dire que grâce à lui (et à tous les autres au fond), j’ai tourné, j’ai tourné, j’ai tourné. Et j’ai tout dévoré !

Retombons en enfance !

Enfants, nous n’étions pas forcément fiers lorsque nos parents nous obligeaient à porter un pull Mickey ou un legging avec des têtes de Bambi. C’était la honte, cela faisait « gamin ». Combien de fois, il a fallu répéter « je ne suis plus un bébé » pour qu’enfin tout soit jeté à la poubelle. Hauts comme trois pommes, nous voulions faire comme les grands. Mais comme la mode se renouvelle sans cesse et qu’elle s’inspire des styles passés pour se repenser, aujourd’hui ce sont justement les adultes qui réadoptent les héros Disney et qui les affichent sur leurs vêtements et leurs accessoires. 

Oui, cela fait un moment que les personnages du monde merveilleux de Disney se sont emparés de nos habits et autres objets de notre quotidien, mais comme ils semblent intemporels, cette mode ne s’est toujours pas essoufflée.  Pour cette nouvelle année, je vous propose donc une petite liste afin d’être up-to-date et de surfer sur la vague « We Love Disney ».

Un pied en enfance :

sweattee-shirt

Pour 29.90€, vous ferez des émules. Ces sweats bourrés d’humour sont disponibles chez Rad. Pour ma part, j’adopte totalement le mélange de fantaisie et d’ironie !

*

Les deux pieds en enfance :

baumes à lèvre

*

Pour protéger et hydrater ses lèvres en compagnie des princesses Disney, direction Claire’s. J’en ai déjà un dans mes affaires, et j’adhère.

tasse

*

*

*

*

Eveeee, Eveeee ! L’amoureuse de Wall-E vous accompagne maintenant pour prendre votre café, votre thé ou votre chocolat chaud. Ce mug coûte 15€ chez Disney Store. Je ne sais pas si je vais résister longtemps.

 

 

porte-monnaie

 

*

Actuellement, la mode est au porte-monnaie en silicone. C’est tout doux et sympa à utiliser. Minnie n’y a pas échappé ! Vous pouvez facilement la trouver à la Fnac.

*

*

Pyjama

*

*

Pour faire de beaux rêves, quoi de mieux qu’un joli pyjama à l’effigie de Panpan ? Cet ensemble est proposé par Kiabi. D’autres modèles, plus adaptés à la période hivernale, sont également vendus par cette enseigne.

*

*

*

stitch-5_1

*

*

Vous pouvez aussi habiller votre portable grâce aux fonds d’écran de la blogueuse-webdesigner Natasha Birds ! C’est d’ailleurs celui de Stitch déguisé en Minion que j’ai choisi pour mon téléphone.

*

*

*

*

Le coup de cœur :

ariel tee-shirtalice tee-shirtQuand l’univers de Disney est revisité : hello rock spirit ! Même si ce n’est pas vraiment le genre de vêtements que j’ai pour habitude de porter, j’aime énormément l’idée et le côté artistique de ces tee-shirts Twisted Apparel.

Je vous souhaite une très bonne année 2015 ! Qu’il y ait toujours une part d’enfance en vous ! 😉

Samba, un film à ne pas manquer

Depuis dix ans, Samba vit en France sans papiers. Il essaie tant bien que mal d’en obtenir mais les démarches sont longues. Alice, de son côté, cherche à se reconstruire après un burn out. Alors que le destin semble s’acharner, leurs chemins finissent par se croiser. Une lueur d’espoir. Le bonheur est-il enfin arrivé ?
Samba, le film

Je vous conseille fortement d’aller voir ce film ! Et pour vous en donner encore plus envie, voici la bande-annonce :

« Ca peut pas rater ! », le nouveau livre de Gilles Legardinier

Après Demain, j’arrête !, Complètement cramé ! puis Et soudain tout change, l’auteur Gilles Legardinier revient avec un nouveau roman bourré d’humour. Intitulé Ca peut pas rater !, le petit dernier devrait voir le jour dans nos librairies le 2 octobre.

Gilles legardinierUne fois de plus, nous retrouvons sur la première de couverture un chat, l’animal emblématique (pourrait-on dire) des comédies de Gilles Legardinier. Attendez-vous donc à retrouver le matou au fil des pages, même si bien sûr il ne sera pas le protagoniste du roman.

Pour cette nouvelle aventure, l’écrivain nous présente Marie, « une femme qui veut se venger après une rupture scandaleuse », qui ne croit plus en l’amour et ne fait plus du tout confiance aux hommes. Si la trame principale semble assez banale, nous pouvons compter sur Gilles Legardinier et ses mots pour la rendre originale.

Avis aux curieux, voici un extrait publié par l’auteur sur les réseaux sociaux et sur son site :

« – J’en ai ras le bol des mecs. Vous me gonflez ! J’en ai plus qu’assez de vos sales coups ! C’est votre tour de souffrir !

Ma voix résonne dans tout le quartier. Et là, trempée, titubante, épuisée, je prends une décision sur laquelle je jure de ne jamais revenir : je ne vais plus rien leur passer. On remet les compteurs à zéro. On renverse la vapeur. Je vais faire payer ce fumier de Hugues. Chaque joueur doit vous donner mille baffes. Je vais me venger de tout. Puisque aucun bonheur ne descendra d’un ciel illusoire, je suis prête à aller chercher le peu qui me revient jusqu’au fond des enfers.

La gentille Marie est morte, noyée de chagrin. À présent, c’est la méchante Marie qui est aux commandes. À partir de maintenant, je renvoie les ascenseurs et je rends la monnaie de toutes les pièces. Les chiens de ma chienne sont nés et il y en aura pour tout le monde. La vengeance est un plat qui se mange froid et je suis surgelée. La rage m’étouffe, la haine me consume. »

Le petit souvenir : En septembre dernier, j’ai eu la chance de rencontrer Gilles Legardinier lors du Livre sur la Place 2013. Attentif et souriant, c’est un auteur vraiment proche de son public. Il prend le temps de discuter et de rigoler. Souvent, lorsque je me retrouve devant l’un de mes écrivains favoris, je suis (très) intimidée. J’ai du mal à réaliser. Je suis capable de sortir les phrases les plus ridicules du monde. Heureusement, Gilles Legardinier m’a tout de suite mise à l’aise. La catastrophe a été évitée. Il m’a demandé mon avis sur ses romans, m’a dédicacé le livre Complètement cramé ! que j’avais emmené avec moi, m’a remercié de l’intérêt que je porte à ses livres. De quoi repartir avec un bon souvenir.