Se plonger avec légèreté dans « Ça peut pas rater ! »

Besoin d’une lecture légère et sans prise de tête ? Ne cherchez pas bien loin, Gilles Legardinier a écrit ce qu’il vous fallait pour que vous puissiez prendre un bon bol d’air frais. Je le reconnais, ses romans dits humoristiques sont parfois un peu convenus. La trame de l’histoire peut se deviner assez facilement. Mais au fond, c’est ce que l’on peut attendre d’une lecture « cocooning » ! On s’installe et se plonge dans la narration sans trop se poser de questions. Cette tranquillité ne nous met cependant pas à l’abri des surprises. Et heureusement ! Qui dit absence d’interrogation ne dit pas forcément encéphalogramme plat. Il y a toujours un petit quelque chose que l’on n’attendait pas et qui nous fait sourire. Et avec « Ça peut pas rater ! », une fois de plus, ça n’a pas loupé !

J’aime les romans de Gilles Legardinier. Ceux qui à chaque fois dévoilent un petit matou sur la première de couverture. Cet animal crée un rendez-vous. Je sais que je le retrouverai dans les pages, qu’il cachera peut-être un secret, qu’il sera sans doute le trait d’union entre deux personnages. Petit plaisir simple. Mais petit plaisir qui fait du bien quand même. J’aime les romans de Gilles Legardinier parce que cet auteur parvient à me faire sourire, à me faire tourner les pages à une vitesse folle. Ce n’est pas de la grande littérature comme diraient certains, mais cela reste de la littérature. Les mots me font vivre une histoire. Et c’est le principal. Vivre, se mettre à la place des personnages, se reconnaître dans certains gestes ou choix, croiser les doigts pour les protagonistes, voir les héros dans sa tête. Les imaginer, vraiment.

Lire la suite

« Ca peut pas rater ! », le nouveau livre de Gilles Legardinier

Après Demain, j’arrête !, Complètement cramé ! puis Et soudain tout change, l’auteur Gilles Legardinier revient avec un nouveau roman bourré d’humour. Intitulé Ca peut pas rater !, le petit dernier devrait voir le jour dans nos librairies le 2 octobre.

Gilles legardinierUne fois de plus, nous retrouvons sur la première de couverture un chat, l’animal emblématique (pourrait-on dire) des comédies de Gilles Legardinier. Attendez-vous donc à retrouver le matou au fil des pages, même si bien sûr il ne sera pas le protagoniste du roman.

Pour cette nouvelle aventure, l’écrivain nous présente Marie, « une femme qui veut se venger après une rupture scandaleuse », qui ne croit plus en l’amour et ne fait plus du tout confiance aux hommes. Si la trame principale semble assez banale, nous pouvons compter sur Gilles Legardinier et ses mots pour la rendre originale.

Avis aux curieux, voici un extrait publié par l’auteur sur les réseaux sociaux et sur son site :

« – J’en ai ras le bol des mecs. Vous me gonflez ! J’en ai plus qu’assez de vos sales coups ! C’est votre tour de souffrir !

Ma voix résonne dans tout le quartier. Et là, trempée, titubante, épuisée, je prends une décision sur laquelle je jure de ne jamais revenir : je ne vais plus rien leur passer. On remet les compteurs à zéro. On renverse la vapeur. Je vais faire payer ce fumier de Hugues. Chaque joueur doit vous donner mille baffes. Je vais me venger de tout. Puisque aucun bonheur ne descendra d’un ciel illusoire, je suis prête à aller chercher le peu qui me revient jusqu’au fond des enfers.

La gentille Marie est morte, noyée de chagrin. À présent, c’est la méchante Marie qui est aux commandes. À partir de maintenant, je renvoie les ascenseurs et je rends la monnaie de toutes les pièces. Les chiens de ma chienne sont nés et il y en aura pour tout le monde. La vengeance est un plat qui se mange froid et je suis surgelée. La rage m’étouffe, la haine me consume. »

Le petit souvenir : En septembre dernier, j’ai eu la chance de rencontrer Gilles Legardinier lors du Livre sur la Place 2013. Attentif et souriant, c’est un auteur vraiment proche de son public. Il prend le temps de discuter et de rigoler. Souvent, lorsque je me retrouve devant l’un de mes écrivains favoris, je suis (très) intimidée. J’ai du mal à réaliser. Je suis capable de sortir les phrases les plus ridicules du monde. Heureusement, Gilles Legardinier m’a tout de suite mise à l’aise. La catastrophe a été évitée. Il m’a demandé mon avis sur ses romans, m’a dédicacé le livre Complètement cramé ! que j’avais emmené avec moi, m’a remercié de l’intérêt que je porte à ses livres. De quoi repartir avec un bon souvenir.