Désolé, mais la femme « moderne » a aussi le droit d’aimer

Une nouvelle fois, Agnès Martin-Lugand a su maîtriser sa plume et donner vie à une histoire touchante et moderne. Avec « Désolée, je suis attendue », l’auteure nous partage le récit d’une femme à la vie professionnelle bien remplie. Yaël est une jeune femme du XXIe siècle prête à tout pour évoluer dans son travail, au point d’en oublier sa vie amoureuse et familiale. Cette caractéristique pose le lecteur dans une problématique actuelle : la difficulté d’être justement une femme du XXIe siècle. Concilier boulot et vie privée n’est pas de tout repos. Que faire ? Délaisser le second pour réussir dans le premier ? Dans ce roman, Agnès Martin-Lugand aborde cet aspect en donnant à son personnage du relief et un passé quelque peu douloureux. L’occasion alors pour l’écrivain de revenir sur des thèmes comme l’amour, la confiance en l’autre, la quête d’un avenir meilleur.

Détrôner le premier ouvrage d’Agnès Martin-Lugand, « Les gens heureux lisent et boivent du café », risque d’être difficile. J’ai adoré cette histoire à tel point qu’elle fait aujourd’hui partie de mes livres favoris. Si « Désolée, je suis attendue » n’a pas réussi à passer devant ce roman dans mon palmarès des œuvres littéraires coups de cœur, cet ouvrage est quand même parvenu à me séduire et à me faire monter les larmes aux yeux à plusieurs reprises. Il n’y a pas à dire, Agnès Martin-Lugand sait parfaitement user de sa plume pour transmettre l’amour que ressentent certains personnages. J’ai été particulièrement troublée lorsqu’Alice, toujours calme et attentive, s’est mise à dire ses quatre vérités à sa jeune sœur Yaël. Derrière les mots durs et intransigeants, se dévoilait un amour profond et sincère. Un amour inquiet. Un amour à la fois touchant et bouleversant. J’ai aimé que l’auteure utilise son histoire pour mettre en avant les liens entre frères et sœurs, les sentiments puissants qui peuvent également relier des amis. Cela fait du bien d’aller plus loin que la simple romance.

Lire la suite

Diane, sur la voie de la reconstruction

Hello la blogo ! Je ne suis pas très active en ce moment. C’est ça d’être appelée pour un CDD directement après un retour de voyage. Pas le temps de dire ouf. Mais je ne vais pas me plaindre, j’ai du travail et en ces temps, ce n’est pas de refus.  J’espère publier prochainement un article sur ledit voyage (au pays des sombreros ! Holà !) et que les photos vous donneront un bel aperçu de ce que j’ai vécu là-bas. Si je vous dis que j’ai fait de la plongée pour la première fois ? Que j’ai vu plein de grosses tortues, des iguanes, des dauphins ? Que je me suis baignée dans un cenote ? Et que j’ai découvert plein d’autres paysages à couper le souffle ? J’espère que ça vous donne envie de découvrir ce que je vais écrire ! En tout cas, après cette parenthèse un peu touristique, je laisse place à une chronique, et pas à n’importe laquelle ! Celle de « La vie est facile, ne t’inquiète pas ». Livre que j’ai lu en quelques heures sur le trajet du retour ! Oui, oui, une fois de plus j’ai dévoré l’un des romans d’Agnès Martin-Lugand ! D’habitude, j’alterne les catégories sur mon blog, mais là j’avais très envie de parler de ce livre. Donc, tant pis, on revient sur de la littérature.

la-vie-est-facile-ne-t-inquiete-pasPour ne rien vous cacher, j’avais hâte de retrouver les personnages découverts dans « Les gens heureux lisent et boivent du café », mais au fond, j’avais également beaucoup d’appréhension. Quand une histoire nous plaît énormément, c’est légitime de craindre la suite. Alors pour celle-ci, je n’y ai pas échappé. Dans le premier livre, j’avais apprécié la fin par-dessus tout (parce que très réaliste). C’est le passage dont je me souviens le mieux. Les autres moments restent assez flous, même si je sais au fond que je les ai aimés. Pour le second livre, les souvenirs sont plus frais. Même si certaines scènes sont convenues, et qu’on les sent venir à des kilomètres, Agnès Martin-Lugand a le don pour rendre la lecture à la fois légère et touchante.

Diane, ah Diane. Tu m’avais manqué.

Je crois que je suis très attachée à ce personnage qui se reconstruit lentement mais sûrement, qui fuit un peu ses sentiments. La question du deuil est encore présente, et il aurait été complètement illogique qu’elle ne le soit plus. L’auteure parvient à rendre Diane crédible. Après avoir fait le deuil de son mari, l’héroïne se retrouve à devoir faire celui de sa fille. « La vie est facile, ne t’inquiète pas » est l’histoire d’une deuxième étape, d’un deuxième obstacle à franchir. Et c’est dans cette cicatrisation lente que le roman d’Agnès Martin-Lugand tient toute sa force. Il y a bien entendu encore de l’amour dans l’air, un peu d’eau de rose, mais pour ma part je me suis surtout focalisée sur le lien entre Diane et les enfants. Depuis la perte de sa petite fille, Diane craint la présence de ces derniers. Son désir de maternité a totalement disparu. Elle n’en a plus la force. Et c’est un événement assez inattendu qui va changer la donne.

Mon petit cœur niais a adoré. Je crois même que j’ai eu quelques larmes au bord des yeux. Si vous avez aimé « Les gens heureux lisent et boivent du café », foncez, car celui-ci reste dans la lignée du premier livre.

Summer List #2

Summer List 2

Voici venu le moment de la « Summer List » ! Comme l’année dernière, je vous mets ici quelques idées pour vous occuper pendant les longues journées d’été. Puisque le soleil est couche-tard, on en profite : on cale son rythme sur le sien et on se fait plaisir.

  • Coloriage. Je n’ai pas particulièrement eu le temps de colorier pendant les semestres universitaires, mais maintenant que mon calendrier est arrivé aux pages juillet, je ressors les feutres et les crayons de couleur. Mon âme de semi-artiste m’en remercie, elle se sentait délaissée. Elle peut maintenant gribouiller à tout va. Et puis sur internet, on trouve de chouettes dessins. Même pas besoin de racheter un livre de coloriage pour varier les thèmes ! En quelques clics, le tour est joué. Et j’ai récemment craqué pour ceux de Mademoiselle Stef ! A vos crayons !

coloriage-dirty-dancing-mademoiselle-stef-low

coloriage-lana-del-rey-ultraviolence-mademoiselle-stef-low

  • DIY. Quand il s’agit de faire moi-même des objets, j’opte généralement pour de la déco, des choses simples à réaliser qui permettront de décorer et de personnaliser mon intérieur en un clin d’œil. J’ai une préférence pour les cadres car j’aime que mes murs soient colorés, qu’ils aient un peu de vie. Cela me permet de me sentir bien. Pour cela, je ne me casse pas la tête : j’achète le support et j’y colle ensuite des photos personnelles, des affiches de film, des photographies d’artistes de manière à ce que cela fasse un joli patchwork. Parfois, je rajoute d’autres éléments, comme des petites pinces à linge (mais coupées en deux), des petits autocollants ect.. Puisque ce sont les vacances, j’aimerais bien en refaire et cette fois en changeant un peu ma technique ! Sur Make My Lemonade et Lana Red Studio, j’en ai trouvé deux plutôt pas mal ! Peut-être que ceux-là vont aussi vous plaire !

make my lemonade diyJe ne raffole pas trop des faux cils mais là, wahou ! C’est beaucoup mieux que sur les yeux !

Lana red studio diy

Poétique à souhait !

  • Lecture. Je lis déjà beaucoup habituellement (il paraît qu’Emeline sans ses livres, ce n’est pas Emeline) mais quand vient l’été, je ne fais qu’une bouchée des livres qui traînent dans ma chambre (et même avec un mémoire à écrire, je ne peux pas laisser tomber mes moments « lecture »). Si j’ai donc des livres à vous conseiller, ce serait Entre mes mains le bonheur se faufile d’Agnès Martin-Lugand, Le plus petit baiser jamais recensé de Mathias Malzieu et L’instant précis où les destins s’entremêlent d’Angélique Barbérat.

entre mes mains le bonheur se faufile

L’histoire est a priori banale. Iris est une jeune femme qui ne supporte plus son quotidien, elle regarde son entourage en se demandant ce qu’elle fait là mais n’ose pas pour autant bouger. Le manque de confiance en elle a fait bien des dégâts. Elle se croit incompétente. Ses rêves de couture et de stylisme ne peuvent se concrétiser ; à ses yeux, ils ne méritent que les bras de Morphée. Puis un jour, la vérité explose. On lui a menti pendant des années. Elle avait réussi. Elle avait du talent. Ni une ni deux, elle gonfle la poitrine, respire un bon coup et part récupérer ses rêves. Oui, a priori cette histoire est banale. Mais c’était sans compter le talent de l’auteure, sa capacité à mettre les mots justes sur les sentiments. Tout au long du livre, le lecteur devient un autre, il devient ce « elle » qui se balade sur chaque page. La connivence est si forte que le lecteur dévore l’ouvrage et n’a qu’une envie : savoir si Iris parviendra à reconstruire sa vie.

*

mathias malzieuUne fois de plus, Mathias Malzieu nous offre un chef d’oeuvre, une petite pépite littéraire. Chaque phrase croustille d’ingéniosité et de poésie. Chaque personnage a son grain de folie et de magie. Autant vous dire que ce livre devrait être prescrit par les médecins en cas de dépression. Les mots de Mathias Malzieu réchauffe notre cœur, son histoire nous emporte dans un monde où les filles invisibles redonnent un sens à la vie. Derrière les ombres, il y a toujours un peu d’espoir. C’est beau et on en redemande.

Ce qui fait le charme de ce roman, c’est également son message : il faut ouvrir les yeux, arrêter de ne regarder que son nombril. Il y a des choses invisibles qui valent la peine et d’autres aussi visibles que le nez au milieu de la figure qui méritent d’être admirées.

*

l-instant-precis-ou-les-destins-s-entremelentCe livre risque de vous énerver autant qu’il va vous plaire. Derrière le joli titre, L’instant précis où les destins s’entremêlent, se cache l’histoire d’une femme battue. Avec beaucoup de pudeur, l’auteure raconte son calvaire. Et malgré les non-dits, la colère monte, on déteste cet époux qui croit que Coryn est sienne, on a qu’un souhait : que tout le monde découvre la vérité. On aimerait également que Coryn ose et sorte de sa prison, mais même dans les histoires, les actes sont plus difficiles à faire qu’à dire. Ce livre,  c’est aussi l’histoire de Kyle, une rock star adulée par le public et torturée par son passé. Alors qu’il conduit et change soudainement de voie, il renverse le fils de notre héroïne. Un accident. Un coup de foudre. Quelque chose qui ne s’explique pas. Et dans ses yeux, il verra ce que les autres n’ont jamais voulu voir : la peur et la douleur.

*

  • Sport. De passage dans l’Ain pour voir une partie de ma famille, je n’avais qu’une envie : me dépenser, profiter de l’environnement pour me balader. Ma sœur a alors proposé d’aller faire du canoë-kayak pour changer des habituelles randonnées. Si jamais vous avez cette possibilité sur votre lieu de vacances, sautez sur l’occasion ! C’est fatiguant mais plaisant et rafraîchissant ! Et puis, je peux vous garantir que vous allez bien rigoler : il y en a toujours un ou deux qui ne savent pas pagayer (je vous laisse imaginer les situations que cela peut engendrer :))

canoe

Profitez bien de vos vacances ! 😉

Agnès Martin-Lugand revient très bientôt

L’auteure du livre Les gens heureux  lisent et boivent du café vient de donner de nouvelles informations via sa page Facebook. La suite de son premier roman s’intitule : « La vie est facile, ne t’inquiète pas ». Elle sortira le 23 avril. Ca y est, je vais compter les jours ! 

la vie est facile ne t'inquiète pasJe trépigne d’impatience. Je trouve que la première de couverture a été très bien choisie. Avec cette femme accoudée à un bar, un café et des livres à ses côtés, elle fait parfaitement écho au premier ouvrage. C’est un joli clin d’œil. Et le sourire qui s’affiche sur les lèvres du modèle laisse présager une belle reconstruction pour l’héroïne Diane.

Pour en savoir plus sur l’histoire des Gens heureux lisent et boivent du café, c’est ici.

 

Une suite pour les aventures romantiques de Diane

C’est un très bonne nouvelle que l’auteure Agnès Martin-Lugand vient d’annoncer sur la page Facebook de son livre Les gens heureux lisent et boivent du café. Un second roman sur l’histoire de Diane va être publié au printemps. En cette période de fêtes, je saute de joie comme une vraie gamine.

Les gens heureux-suite

J’ai A-DO-RE Les gens heureux lisent et boivent du café. Des mots justes pour parler de la mort, du deuil, de la chute en enfer et de la reconstruction. Après la perte de son mari et de sa fille, Diane n’a plus goût à rien. Elle baigne dans les souvenirs, refuse de continuer à avancer. Si son coeur bat, son esprit semble déjà parti. Elle est une ombre, un être en suspension. Le passé et ses chimères l’ont déconnectée du monde réel. Toujours triste, elle finit par s’exiler en Irlande. Un choix qui, sans qu’elle s’en doute, va lui donner un peu d’espoir et la rapprocher de la vie.

Les gens heureux lisent et boivent du café est un livre poignant qui mêle larmes et sourires. Diane est un personnage attachant qui cache plus d’une arme dans son sac. J’avais envie de m’effondrer puis de me battre avec elle.

Alors quand j’ai appris que la suite allait sortir au printemps 2015 : BON-HEUR !

fb-les gens heureux

Que va-t-il arriver à Diane ? Va-t-elle retrouver ces personnes qui l’ont aidée à changer ? Ou bien va-t-elle vivre une autre aventure ? Même si la fin du premier roman est très touchante et surtout réaliste, j’avoue que j’espérais la publication d’un nouvel ouvrage avec le même protagoniste. Cette fin m’avait laissé un tas d’interrogations.

Les réponses bientôt ! 🙂