Et action #2 : les films de mon enfance

Il y a plusieurs jours, avec ma moitié, nous avons re-regardé L’homme au masque de fer (avec Léonardo Dicaprio -bave-), un film que j’aime beaucoup (et pas seulement parce que notre cher Léonardo y tient le rôle principal) et que j’ai découvert lorsque j’étais petite. Je m’en souviens encore. C’était pendant des vacances de Noël, après un long repas en famille. J’étais assise dans le canapé et je ne parvenais pas à m’intéresser à autre chose qu’à cette histoire. J’étais scotchée. Et encore aujourd’hui, ce film me touche toujours autant quand je le lance sur mon écran.  Cet énième visionnage m’a alors donné une idée : dédier cette deuxième édition du rendez-vous « Et action » aux oeuvres cinématographiques qui m’ont marquée et que j’ai aimées lorsque j’étais une enfant.
discutonsunpeu.wordpress.com

  • Peter Pan de Paul John Hogan : un mot pour qualifier ce film ? Fantastique. Cette adaptation colle assez bien à l’univers magique et sombre créé par James M. Barrie, beaucoup plus que le dessin animé réalisé par les studios Disney. On a envie de s’envoler pour le Pays imaginaire, de rencontrer la fée Clochette, les garçons perdus, le capitaine Crochet ou encore les sirènes malgré l’obscurité qui règne dans certains passages. Le scénario ne manque pas d’action, je me rappelle avoir été captivée par la narration et d’avoir retenu mon souffle plus d’une fois, d’avoir été complètement emportée par des scènes comme celle du dé à coudre. C’est d’ailleurs LA scène du film. Celle qui te fait fondre sur place et qui te rend jalouse de Wendy (team Jeremy Sumpter !).

(attention, vidéo spoiler !)


*

  • L’homme au masque de fer de Randall Walace : ce film lève le voile sur le mystère de l’homme au masque de fer (cet homme qui est en mort à la Bastille sans que personne ne connaisse son nom et les raisons de son emprisonnement), ou plutôt il lui donne une tournure romanesque. Inspiré du roman d’Alexandre Dumas Le Vicomte de Bragelonne et de ce fait-divers, cette histoire mêle aspect historique, aventure, coups d’épée et histoires d’amour ; un mélange addictif ! On y découvre un roi Louis XIV imbu de sa personne et des mousquetaires prêts à tout pour changer la donne, au point de risquer leur vie en jouant avec un vilain secret. Chapeau bas à Léonardo Dicaprio qui arrive à susciter le dégoût tout comme la tristesse chez le spectateur, et qui réussit parfaitement bien à tenir son rôle malgré les révélations qui entourent son personnage.

*

  • L’indien du placard de Frank Oz : après avoir vu cette oeuvre cinématographique, je ne souhaitais qu’une chose ! Avoir le même petit placard que Omri ! Car ce placard n’était pas comme les autres. Il était magique et permettait aux jouets de prendre vie (le bonheur pour l’enfant rêveuse que j’étais). Je ne sais pas si j’avais déjà vu Toy Story à l’époque, mais dans tous les cas, j’avais quand même parfaitement mordu à l’hameçon. Aujourd’hui, les effets spéciaux de ce film paraissent un peu has been mais l’histoire en elle-même reste touchante et poétique.

envolée sauvage

  • L’envolée sauvage de Caroll Ballard : voilà un film qui me remplissait de joie et qui en même temps m’attristée énormément. La relation qu’Amy entretient avec ses oies (oui oui ! et je suis trouve ça très original, ça change des relations classiques avec un chat ou un chien, et des liens extraordinaires avec un lion ou un ours ; ici, on est dans le juste milieu) est poignante. Elle les sauve alors qu’elles ne sont encore que de petits oisillons cachés dans des oeufs. Très vite, elle devient leur mère, les oies la suivent partout et ne voient qu’à travers elle. Mais il y a un problème : il faut leur apprendre à voler. Pleine de bonne volonté et d’amour, la jeune fille décide de se mettre à l’ULM pour les accompagner dans leur apprentissage. Aidée de son père, elle les aide à de devenir de vraies oies sauvages. Vient alors un autre souci : la migration. L’hiver arrive et les oies doivent partir vers le sud. C’est la loi de la nature. Amy choisit malgré la douleur de la séparation de les guider dans leur périple puis de les laisser s’envoler seules (et mon dieu, que cela a été déchirant pour mon petit cœur…).

*

  • Le Bossu de Philippe de Broca : encore une histoire de cape et d’épée ! Si ce film avec Daniel Auteuil ne vaut pas L’homme au masque de fer (tout le monde ne peut pas être comme Léonardo),  il reste une belle aventure qui se regarde sans faire de chichis. Et puis surtout, il y a Fabrice Luchini ! C’est grâce au Bossu que j’ai découvert cet acteur talentueux. A moitié fou, à moitié philosophe, c’est un homme qui a le don de s’approprier ses personnages et de les rendre captivants. Le comte de Gonzague (le méchant) n’a donc pas échappé à son génie et c’est sans aucun doute le meilleur personnage de ce film (enfin pour moi ^^).

hp1-1

  •  Harry Potter à l’école des sorciers de Chris Columbus : je ne pouvais pas faire cet article sans mentionner Harry Potter ! Comme beaucoup de personnes, j’ai grandi avec l’univers créé par J.K Rowling (j’ai lu le premier tome quand j’étais au CM1 et le dernier est sorti lorsque j’étais en classe de première… tant d’années !), j’attendais donc avec impatience son adaptation cinématographie. Et je n’ai pas été déçue ! Ce film m’a permis de mettre des visages sur les personnages et des images sur les actions. C’était comme une belle rencontre. J’ai choyé chacune de ces minutes qui me donnaient la possibilité de (re)découvrir Poudlard, le chemin de Traverse, Gringotts, la maison des Dursley…

 

Et vous, quels sont les films de votre enfance ? 🙂

Publicités

21 réflexions sur “Et action #2 : les films de mon enfance

    • Ah oui 🙂 ! Mais je n’ai jamais eu le droit de regarder Jurassic Park, mes parents avaient peur que ça ne passe pas, surtout que j’avais peur pour un rien étant enfant (et encore aujourd’hui, mais je m’améliore :))

  1. Quelle jolie sélection ! J’avais adoré Le Bossu ! Le couple Daniel Auteuil/Marie Gilain étais plutôt mignon mais j’ai juste a-do-ré Fabrice Luchini ! Il est fait pour ce genre d’époque, je trouve ! Sinon, j’adorais les Goonies, Retour vers le futur, l’histoire sans fin et Labyrinth !

    • Merci 🙂
      C’est vrai que ce couple était charmant, j’avais bien aimé leur relation et la tournure qu’elle prenait à la fin.
      Fabrice Luchini ❤ Tu as tout à fait raison, cette période lui va bien, et encore plus qu'en il y joue un méchant !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s